On dit souvent que le sport est bon pour la santé, et on a raison dans la plus grande majorité des cas ! Le sport est une activité enrichissante pour soi et qui nous aide à garder le moral avec la forme physique. On peut se demander alors pourquoi les personnes qui ont la santé qui décline devraient s’en priver. De ce constat le sport sur ordonnance à été créé afin de proposer une alternative adaptée aux personnes qui montrent des difficultés à pratiquer une activité sportive.

Qu’est-ce que le sport sur ordonnances et pour qui ?

Cela fait maintenant plus de deux ans que le sport sur ordonnance est rentré en application et propose un traitement sportif a des fins médicales à tous les patients atteints d’une ALD (ou Affections de Longue Durée). Ces ALD recensent 30 pathologies différentes, comme Parkinson, la sclérose en plaques, le diabète ou encore différentes maladies chroniques. Les symptômes de ces pathologies peuvent être atténués avec une pratique sportive régulière qui vient en complément des traitements pour améliorer les effets de ce dernier tout en apportant un état de satisfaction chez le malade. C’est donc primordial d’apporter une solution pour le bien-être et la relaxation des muscles de ces patients. Cependant, chaque maladie ALD possède ses propres caractéristiques et traitements, donc la prescription doit correspondre aux spécificités des symptômes observés. Par exemple les diabétiques de type 2 auraient besoin d’exercices d’endurance hebdomadaires sans être trop intenses, alors que les patients atteints d’arthrose préfèreraient des exercices de gymnastique.  

La médecine douce et efficace 

On peut noter que la pratique du sport en soi peut devenir un traitement régulier efficace, en effet l’inactivité physique est le 4e facteur de risque de mortalité mondialement, soit 6 % des décès, dans le cas des ALD le sport aide le patient a lutter contre sa pathologie et, par exemple, ferait réduire les risque de récidive de 30 à 50 % des cancers du côlon et du sein. D’autant plus que le sport par ordonnance à déjà fait ses preuves dans certaines villes comme Toulouse, Biarritz ou Strasbourg, qui n’ont pas attendu l’application du décret pour se lancer dans cette pratique, il en résulte que 1500 patients ont pu en profiter et 320 médecins généralistes en prescrivent. On observe alors chez les patients strasbourgeois une baisse des séjours à l’hôpital, de la fatigue et principalement de la consommation de médicaments.

D’où l’intérêt de prescrire des séances sportives adaptées aux personnes et à leurs symptômes afin de réduire les besoins médicaux classique en améliorant leurs hygiènes de vie directement, ce qui joue non seulement sur le mental de la personne mais également sur ses conditions physiques. 

Qui aller voir pour en profiter alors ?

Les médecins généralistes peuvent prescrire des séances auprès de professionnels de santé comme les kinésithérapeutes ou ostéopathes, des professionnels titulaires d’un diplôme pour l’activité physique indiquée ainsi que les professionnels et personnes disposant des aptitudes et capacités nécessaires pour dispenser une activité physique a des gens atteints d’une ALD.

Le sport sur ordonnance, est-il remboursé en France ? 

Le sport sur ordonnance malgré toutes ses vertus n’est pas remboursé par la sécurité sociale selon le décret du 1er mars alors que la loi précisait la prise en charge intégrale des ALD, cependant il est probable qu’il soit pris en charge dans le futur car l’activité n’en est qu’a ses balbutiements. 

Cependant, des acteurs se sont manifestés afin d’indemniser ces séances de sport sur ordonnance. En effet des assurances comme la MAIF qui propose un accompagnement financier à hauteur de 500 euros pour les personnes avec une ALD voulant avoir une prescription. C’est aussi le cas de certaines collectivités territoriales, à Strasbourg, Biarritz ou Paris qui proposent un remboursement parfois total des séances de sport.